ARTE SELLA

ARTE SELLA

Itinéraires

Arte Sella est une revue d’art contemporain dans la nature, qui se déroule dans le Val di Sella, dans la commune de Borgo Valsugana.

Arte Sella est un événement international d’art contemporain né en 1986, qui se déroule en plein air dans les prairies et les bois du Val di Sella (municipalité de Borgo Valsugana, province de Trente).

Elle a débuté en 1986 par Enrico Ferrari, Emanuele Montibeller et Carlotta Strobele et est gérée par l’association du même nom, présidée par Enrico Ferrari jusqu’en 2000, puis par Laura Tomaselli, et depuis mars 2012 par Giacomo Bianchi. Dans la première période (1986-1996) l’événement était biennal et a eu lieu à la « Casa Strobele » et son parc. Depuis 1996, il s’est développé le long d’un sentier sur le mont Armentera, également dans le Val di Sella, appelé artenatura. Environ 25 œuvres sont réparties le long d’un parcours d’environ 3 km.

Depuis 1998, de nombreuses activités d’exposition ont eu lieu dans “Malga Costa”, un bâtiment rural isolé situé dans la dernière partie de la vallée. La cabane, autrefois privée et utilisée pour l’élevage du bétail et pour la production de produits laitiers, est aujourd’hui propriété de la commune et accueille les artistes impliqués dans l’activité des manifestations, ainsi que des expositions et des services aux visiteurs. Près de 30 œuvres sont situées dans les environs de Malga Costa.

Le projet artistique se veut non seulement une exposition qualifiée d’œuvres d’art, mais aussi et surtout un processus créatif : l’œuvre est suivie au jour le jour dans sa croissance et l’intervention de l’artiste doit exprimer le rapport à la nature fondé sur le respect, s’en inspirer et s’en inspirer. Les œuvres sont généralement tridimensionnelles, car obtenues avec des pierres, des feuilles, des branches ou des troncs ; plus rarement, des objets artificiels, des matières ou des couleurs sont utilisés et sont placés à l’extérieur : le visiteur peut ainsi voir les œuvres et en même temps profiter des particularités environnementales du lieu (différentes essences de bois, présence de rochers, d’arbres monumentaux… ). Ils font partie du cycle de vie de la nature et sont donc destinés à subir des processus de transformation et de dégradation plus ou moins lents, jusqu’à leur disparition définitive.

L’exposition des œuvres est fréquemment accompagnée de concerts, de représentations théâtrales et d’autres événements qui ont vu la participation de nombreux artistes de premier plan, tels que Marco Paolini, Moni Ovadia, Antonella Ruggiero, Mario Brunello (devenu directeur de la programmation musicale d’Arte Sella) , les marchands d’alcools et Gianmaria Testa.

Des installations in situ de : Jakko Pernu (2008), Cornelia Konrads (2006), Isabella Bordoni (2005), Marinette Cueco (2002), Studio Azzurro (2001) ont été hébergées à « Malga Costa », entre autres. ).

Les principes fondamentaux de l’événement ont été déterminés comme suit :

L’artiste n’est pas le protagoniste absolu comme dans le mouvement artistique du Land Art, caractérisé par des signes fortement « impressionnants » sur le territoire ;
La nature est considérée comme la mémoire de l’individu et doit donc être défendue ;
Le rapport à l’écologie change : la nature doit être interprétée en son absence et est source de connaissances et d’expériences ;
Les œuvres font partie et renvoient au lieu et à l’heure définis ; ils privilégient l’utilisation de matériaux organiques et non artificiels et interagissent avec le paysage pour en faire partie intégrante.
Dans une clairière près de “Malga Costa”, l’œuvre “Cathédrale végétale” de Giuliano Mauri a été créée en 2001, construite avec plus de trois mille branches entrelacées sous les formes d’une cathédrale à trois nefs, avec quatre-vingt colonnes de 12 m de haut et 1220 m² de surface. A l’intérieur de chaque colonne se trouve une plante de charme qui, dans l’intention de l’artiste, une fois cultivée, devrait prendre la place de la structure actuelle, destinée à pourrir et disparaître. L’œuvre a été conçue à la fin des années 1980 et publiée en Allemagne ; il a également été présenté à la Triennale de Milan, mais n’avait jamais été construit en raison de sa grande complexité structurelle. L’œuvre a rencontré un vif succès auprès du public, attirant de nombreux visiteurs.

Don`t copy text!
X