PIETRO PORCINAI | NOTES SUR LE PARCOURS DE FORMATION ET PROFESSIONNEL

par Inès Romitti

Un regret, parmi tant d’autres, est celui de ne pas avoir eu l’occasion d’assister plus longtemps à Pietro Porcinai. En fait, je l’ai rencontré à Pistoia en 1982 et c’est en 1984-1985 qu’au retour de la conférence de l’IFLA au Japon durant laquelle j’ai eu l’occasion de découvrir qu’il était très célèbre et qu’on se souvient encore de lui pour la création du jardin à l’italienne en l’édition IFLA 1964, je suis revenu à quelques reprises au studio de la villa Rondinelli à via Vecchia Fiesolana. J’ai eu des réponses précises à mes nombreuses questions sur le thème du paysage, cependant, même dans ces quelques rencontres, j’ai pu deviner et comprendre sa profonde préparation et sa sensibilité face aux problèmes concernant ce sujet. Par ailleurs, en 1986, avec quelques membres de l’AIAPP, j’ai participé à la création d’un numéro monographique : Pietro Porcinai architecte du jardin et du paysage, qui lui est dédié, du Bulletin de l’AIAPP, l’association qu’il avait fondée en 1950. Plus tard, grâce à l’aimable disponibilité des héritiers, en particulier d’Anna Porcinai, j’ai eu plusieurs occasions de consulter les archives et j’ai pu approfondir d’autres aspects liés à sa profession. Une capacité importante de Pietro Porcinai était celle d’identifier les problèmes réels et de comprendre les procédures appropriées, toujours en avance sur son temps grâce à une prévoyance basée sur des bases techniques éprouvées. Outre son talent naturel précoce et inné et son intelligence professionnelle, Porcinai avait également mûri une formation spécifique à l’étranger, bien en avance sur les autres, restant sans doute influencé par la culture paysagère de ces pays, notamment l’Allemagne et la Belgique, où il avait pratiqué techniques de culture dans certaines pépinières spécialisées. En Italie, le parcours de sa formation se confond avec une période cruciale de l’art des jardins : en effet, en 1924, Luigi Dami publie Le Jardin à l’italienne, démontrant la primauté italienne dans l’art des jardins. Le caractère autochtone et caractéristique du jardin à l’italienne, en retrouvant sa primauté dans un domaine devenu l’objet d’études d’étrangers, notamment anglo-saxons, aboutit à la célèbre Exposition du jardin à l’italienne de 19311 à Florence, où il visait à la valorisation d’un grand passé, sans toutefois tâtonner pour ouvrir la voie à la recherche de nouvelles formes modernes dans l’art des jardins. Le président de la commission exécutive de l’exposition était Ugo Ojetti, un partisan de l’architecture monumentale et élégante. Dans le cadre de l’événement, dix modèles idéaux de jardins ont été re-proposés, dans une sorte de parcours historique de l’art des jardins à l’italienne, conçus comme de petites créations scénographiques dans lesquelles le jardin paysager anglais était également présent, même s’il est considéré comme étranger au tradition classique nationale. A la même occasion, deux concours ont également été annoncés, ouverts aux architectes italiens inscrits aux registres syndicaux et aux étudiants du second triennat de l’École d’architecture, pour deux jardins : un public et un privé annexé à un petit villa. Giovanni Michelucci a obtenu le prix du jardin privé avec un projet avec un décor de style géométrique, avec un langage fortement traditionnel, encore très loin de l’innovateur, typique du mouvement moderne, avec lequel l’architecte florentin s’exprimera peu après dans le ses architectures. En Italie, en effet, si dans les années 30 en architecture coexistaient de nouvelles syntaxes aux côtés des langages traditionnels, pour le jardin, contrairement à ce qui s’était déjà passé en France, en Angleterre et dans les pays scandinaves, aucun langage innovant n’a encore été expérimenté, favorisant le renouveau d’un glorieux passé. Particulièrement significative est la critique que le tout jeune Pietro Porcinai a faite à l’époque, dénonçant le manque d’un professionnalisme spécifique inhérent à la création des jardins, conçus par des architectes qui se sont essayés à cette branche du design mais pas par de vrais paysagistes. Par ailleurs, animé par le désir de participer à la compétition pour laquelle il croyait avoir la compétence nécessaire, mais dont il était exclu par la réglementation, il souleva à l’époque cette question fondamentale, qui est aujourd’hui très pertinente aujourd’hui. Ses idées et sa revendication très moderne de l’autonomie d’une profession aussi complexe et spécialisée que celle d’architecte paysagiste s’expriment de manière vivante et claire dans une lettre qu’il adresse à l’architecte Ojetti :

« Cher Monsieur le PRESIDENT de la Commission Exécutive du SALON ITALIEN DE JARDIN

J’ai lu l’annonce du concours pour deux projets de jardins modernes, lancé par la ville de Florence ; ayant noté que ce Concours est réservé aux seuls Architectes, et aux étudiants inscrits en deuxième période triennale des Écoles Royales d’Architecture, je voudrais demander s’il était possible d’ajouter une disposition supplémentaire à l’Appel précité, qui permettre également à d’autres catégories de personnes intéressées pour des raisons de passion, d’études ou de profession, de participer au concours susvisé. Le SV III.ma et les membres de la commission savent très bien que l’Architecture des Jardins a des aspects particuliers, bien distincts et différents de ceux de l’Architecture du Bâtiment ; aspects plus spécialement et intimement liés à la connaissance du développement, de l’effet décoratif et des besoins des différentes plantes à utiliser dans la plantation. Ceci dit, il me semble qu’il serait peut-être utile d’étendre la possibilité de participer à ce concours à d’autres catégories de personnes. Le fait que même à l’étranger et surtout en France les plus célèbres “Architectes paysagistes” appartiennent tous à la catégorie des techniciens jardiniers plutôt que des architectes du bâtiment, pourrait servir à justifier ma question ; Il suffirait de citer parmi tant d’autres le célèbre Edouard André, à qui l’on doit la création de plusieurs des plus importants jardins publics et privés non seulement en France mais aussi dans de nombreux autres pays d’Europe et d’Amérique ; J’écris ceci pour montrer que ma demande n’est pas entièrement inappropriée ou injustifiée. Je me permets donc de demander si la Commission Honorable du SV III.ma a dignement présidé, a jugé opportun d’étendre la possibilité à toutes ces personnes qui démontrent d’une manière ou d’une autre qu’elles s’intéressent sérieusement à l’Art des Jardins. SV 111.ma m’excusera si j’ai pris la liberté de m’adresser à vous, et dans l’attente de votre aimable réponse, s’il vous plaît, Cher Monsieur le Président, mes respects les plus dévoués et distingués.

Dev/mois
Pietro Portinai
Collège d’agriculture R. Cascine

PSL’écrivain, après avoir obtenu le diplôme de l’Ecole d’Agriculture R. Nuova Media spécialisée en Pomologie, Horticulture et Jardinage, a été à l’étranger pendant un an, pour se perfectionner exclusivement dans l’art des jardins ».

Fort de son expérience de formation internationale, même plus tard, Porcinai n’a cessé de souligner la nécessité de la présence de figures spécifiques, des architectes paysagistes, dotés d’une sensibilité artistique et d’une préparation à la conception de la verdure et capables de traiter avec compétence les problèmes techniques de l’environnement. À ce moment-là, le jeune Porcinai a commencé sa vie professionnelle et au cours de ces années, ses premières œuvres sont documentées. Dans un premier temps, dans le respect de la tradition et avec la forte empreinte formelle composite exercée par le jardin Gamberaia, qu’il a longtemps fréquenté dans son enfance, il propose des solutions formelles sérieuses, à forte implantation géométrique. En 1939, les lois Bottai, à la suite du Tribunal d’Athènes sur la restauration monumentale, expriment en Italie une nouvelle attention, censée protéger, envers les beautés historiques et naturelles. Cette même année Pietro Porcinai a donné sa réponse personnelle en termes d’intervention, avec la construction mesurée et harmonieuse de la piscine de la villa Collazzi à San Casciano, l’une des premières interventions importantes incluses dans un complexe monumental. Conformément à la nouvelle sensibilité exprimée concernant les problèmes de protection et de conservation de l’environnement, au printemps 1939 dans les pages du “Bulletin de la Société royale toscane d’horticulture” les dommages causés par l’élagage drastique aux arbres majestueux des avenues et des parcs a été dénoncé. Porcinai a répondu dans le prochain numéro, attribuant la responsabilité de l’élagage désastreux des arbres aux planificateurs :

“[…] qui connaissent rarement le développement des arbres, leur emplacement et les besoins climatiques et les distribuent sur des places ou des avenues, comme si au lieu d’êtres vivants ayant besoin de faire ce trou de vie particulier, ils étaient des colonnes en fonte ou en ciment[…] .. .]”

en même temps argumentant avec l’attitude des architectes

«[…] qui ne savent pas toujours quelles relations justes peuvent exister entre les arbres d’une localité donnée et les bâtiments voisins, et en règle générale détruisent toute plante de peur qu’elle ne recouvre leurs ” façades ” ou ne trouble leur ” sévérité ” […] ».

Suite à ses nombreux contacts internationaux, il a toujours souligné la nécessité de la formation d’architectes paysagistes, qui ont acquis une sensibilité artistique, une capacité de conception et une compétence technique spécifique et des connaissances botaniques. En octobre 1937, écrivant dans la revue «Domus», il lie la renaissance des jardins contemporains à la présence de tels professionnels, experts en architecture et histoire de l’art, mais surtout excellents connaisseurs de la nature. La Seconde Guerre mondiale interrompt momentanément le débat sur les jardins, mais la fin du conflit ouvre les portes à une étude plus approfondie, ainsi qu’aux problèmes de reconstruction et de nouveaux agrandissements, dont celui d’entretien et de restauration. Pietro Porcinai n’a pas manqué l’occasion de s’intéresser aux graves dommages causés au parc des Cascine et a indiqué des mesures précises à prendre pour protéger à la fois le paysage toscan et les œuvres d’art. Il est notamment appelé à faire partie du Comité de réorganisation du Parc des Cascine créé en 1946 pour les grands travaux de restauration. Ce fut l’une des rares occasions que Porcinai eut dans la sphère institutionnelle. L’un de ses regrets était précisément celui de ne pas avoir eu généralement de relations importantes avec les institutions et les hommes politiques de sa ville. Cependant, il était en contact avec le conseiller des Beaux-Arts et des Jardins de Florence, Piero Bargellini, futur maire de Florence, qui a toujours montré une grande sensibilité au thème de la verdure, conçue principalement comme un enrichissement commun du patrimoine public. Un témoignage particulièrement significatif de leurs intentions communes est une lettre que Porcinai écrivit au conseiller Bargellini en 1953, suggérant des initiatives en faveur des places de la ville :

« Très clair Professeur, ne trouvez-vous pas que le parterre de fleurs de la Piazza della Stazione à Florence n’est pas très beau ? L’idée du parterre de fleurs est très appropriée, mais sa réalisation est plutôt décevante.

Il n’est pas nécessaire que dans les plates-bandes circulaires il soit toujours planté au centre […] il peut très bien être planté en marge […] créant ainsi quelque chose de nouveau et de plus vivant. […] Vous, qui occupez une haute fonction dans la municipalité de Florence, devez être le promoteur d’une initiative qui portera sans aucun doute ses fruits : chaque place de notre rue doit être « confiée » à un artiste, choisi parmi tous les plus sérieux, avec la tâche d’en prendre soin par rapport aux besoins urbains de la ville. Il se pourrait que cette idée, bien lancée et guidée, puisse se réaliser, et ce serait bien pour tout le monde ».

La relation avec les artistes et l’apport de l’art, comme la sculpture, l’architecture, la musique, a toujours été un thème qui a fasciné Porcinai. Il a soutenu Pietro Consagra et Marco Zanuso dans la création du Pays des Jouets, le parc de Pinocchio à Collodi où il a exprimé tout son lyrisme et sa sagesse compositionnelle, à travers des architectures et des sculptures végétales qui ont servi de contrepoint aux véritables œuvres d’art. , par exemple peindre un parterre moderne, autour de la Fée Bleue, en utilisant les couleurs de la nature avec des fleurs blanches et bleues, ou entourer le lac avec la baleine avec un anneau de bambou vibrant. Bien que son domaine de plus grande expression ait été le jardin dans tous ses aspects les plus poétiques et symboliques, Porcinai a abordé toutes les thématiques du paysage, de l’inclusion des infrastructures, aux problèmes écologiques et à l’impact environnemental, et n’a jamais cessé de s’y intéresser. dans les problèmes de Florence, en intervenant avec des écrits aux journaux, avec des projets qui ont émis l’hypothèse de solutions intelligentes, avant-gardistes et toujours avec une interprétation respectueuse des lieux. Même au cours de nos entretiens, il avait mis en évidence certaines des questions qui l’intéressaient et le passionnaient, telles que la décision de la municipalité de couvrir la rivière Affrico et l’arrangement ultérieur qui en a découlé. Porcinai, bien conscient des situations similaires créées dans les pays nordiques, a critiqué le réglage incorrect qui prévoyait la double viabilité sur les côtés, le long des façades des maisons, et a créé des espaces verts et des parkings au centre. Renversant complètement la distribution, il a réalisé des croquis alternatifs dans lesquels les voies de circulation étaient placées au centre de l’axe routier sur la zone de couverture du ruisseau, flanquée des deux côtés par des bandes d’espaces verts continus, qui rejoignaient les jardins en devant les bâtiments privés. De cette façon, les apports considérables de terre sur la dalle nécessaires pour garantir aux arbres une profondeur suffisante pour le système racinaire ont également été évités, et les chemins piétonniers seraient créés dans la verdure avec de petits remodelages de terrains plantés d’arbustes, de haies et de petits arbres pour réduire la pollution et étouffer les bruits. Un problème encore très actuel qu’il a d’ailleurs toujours eu présent et qu’il a tenté de résoudre était justement le rapport avec les moyens de transport modernes dont il sentait l’intrusion, la limitation de l’espace naturel et les problèmes que cela aurait déclenché. Dans ses interventions, il a toujours recherché des solutions qui donneraient aux voitures leur propre agencement et leur propre emplacement, qui devaient être à l’abri des regards et non à proximité des habitations. Ses interventions dans les jardins privés sont exemplaires. En particulier, à Villa il Roseto, il a complètement transformé les sols du jardin, créant un jardin suspendu devant le bâtiment, surélevé de quatre mètres par rapport au précédent, d’où il était possible de profiter de la vue sur Florence. L’espace en contrebas, avec une série de voûtes surbaissées soutenues par de nombreuses colonnes en béton, est devenu le nouvel accès souterrain, exprimé dans une grande salle décorée de graffitis et pavée de galets polychromes qui constituaient le parking couvert et parfois la salle des fêtes. Un suggestif escalier autoportant, avec une balustrade raffinée dans laquelle étaient sculptés des motifs albertiens, permettait d’accéder au jardin au-dessus. Le motif du cercle était la matrice du projet de ce jardin très bâti, fait de masses sinueuses de buis topiato. La plate-forme sur laquelle était construit le jardin suspendu est restée totalement invisible de la route, protégée par un épais rideau de chênes verts plantés par le bas, dans l’espace laissé libre entre le mur d’enceinte et la nouvelle structure. Dans l’intervention pour Villa l’Apparita à Sienne, attribuée à Baldassarre Peruzzi, en modifiant les entrées et en modelant le profil du terrain, il a détourné l’allée de la position à côté de la loggia, où il a créé un grand salon extérieur, dirigeant elle – avec un chemin elliptique et encastré dans le sol – jusqu’à un parking partiellement couvert par une toiture en tuiles et tuiles et entouré d’escarpements massivement plantés de rosiers et de genêts. Un sentier en dos d’âne, en légère montée, a été aménagé pour permettre l’accès à la maison. Tout en intervenant fortement sur les mouvements de la terre, le résultat était totalement naturel, en harmonie avec le doux paysage des collines siennoises. Même dans le jardin privé de la villa II Martello, à Fiesole, via Benedetto da Maiano, parfaitement inséré dans le tissu agricole avec des vues extraordinaires sur Florence et Fiesole, les éléments architecturaux étaient limités, se dissolvant dans la composition qui supposait, s’éloignant du villa, caractères de plus en plus ruraux. Dans ce cas également, il a créé une nouvelle allée, dans une route locale à côté de la maison, se terminant par un garage complètement souterrain et protégé par la végétation. Anticipant les technologies – qui ont été recherchées par la suite et qui sont actuellement utilisées – de la pelouse en herbe renforcée, il a créé l’allée avec des briques posées au couteau pour consolider la pelouse. Dans une de ses dernières interventions, dans les années 1984-85, une imposante villa de la via Bolognese à Florence, a détourné l’allée d’accès qui, perpendiculaire à la route, arrivait juste devant l’entrée de la villa. Il a construit un escalier pour atteindre l’étage de la villa, laissant les haies de romarin souligner le chemin rectiligne de l’ancien chemin. Il a conçu une allée qui, se développant dans la partie aval du jardin, se terminait par un parking protégé par une pergola en fer élégamment conçue. Le thème de la pergola, utile pour occulter et délimiter les pièces extérieures, était en effet un autre des thèmes particulièrement chers à Porcinai, décliné de diverses manières, utilisant toujours des matériaux et des formes toujours différentes. Un exemple significatif est celui du jardin de la villa il Castelluccio à Santa Croce sull’Arno, où l’on a comparé une pergola en bois très poétique et une élégante structure en fer et verre pour protéger la piscine, ou celle du jardin siennois de la Apparita. , où une pergola rustique et minimale a été placée contre la maison prestigieuse. Toutes les œuvres de Porcinai, bien que si différentes les unes des autres, sont des créations ou des réinterprétations intéressantes et profondes, jamais banales ou superficielles, où les problèmes sont toujours brillamment résolus. Et où tout se conjugue dans une harmonie générale dans le respect du passé et dans l’affirmation du présent, entre tradition et innovation, en parfait équilibre entre poétique et technique.

Don`t copy text!
X